[en français plus bas]

Destroy homosexuals, and fascism will disappear.
Proverb quoted by Maxim Gorky (in Izvestija, Pravda, 23 May 1934)

Warsaw, 1985: The Polish People’s Republic’s Secret Police initiated Operation Hyacinth (Akcja “Hiacynt”), a political action designed to inventory all the names of homosexuals — and of their relatives — in Poland. During a two year period, a list of 11.000 people was compiled. Under the guise of a medical/public health rationale, within the context of policing the proliferation of HIV/AIDS, this initiative resulted in increased state surveillance of sexual minorities. In reaction, it encouraged sexual communities to organise and push for greater sexual emancipation — both rejecting their blackmail and defining a legitimate role within a changing Polish civil society. This action was only one example of a broader spectrum of sexual politics that composes a recent history of homosexuality in the former communist states. Our symposium seeks to write and interrogate this history and its contemporary lineages, which encompass the U.S.S.R, the “People’s Democracies” (G.D.R., Poland, Czechoslovakia, Hungary, Romania, Bulgaria) and Yugoslavia, from the end of the Second World War until the fall of Communism.

This writing of a history of Central-Eastern European homosexualities since 1945 will involve drawing out and examining both communist themes and disparate national trajectories: juridical, political, social, cultural and artistic. There is clear evidence of national differences in these histories: same-sex relations are, for example, decriminalized in Hungary in 1961, whereas legalization of such relations happened long after the fall of communism in Romania, in 1996. This considerations reflect broader differences in political background — Ceaușescu’s Romania being very different than Kàdàr’s and subsequent Governments in Hungary.

These political histories will have to take into account how sexual policy and politics are shaped and fixed throughout the communist period by the requirement of keeping alive a so-called “Socialist order” or, in the case of U.S.S.R., a Sovietic ethos. Concerning the Soviet Union, there is no doubt now that the decriminalisation of homosexuality in 1922 was a genuine move by the Bosheviks, rather than an oversight. However, male homosexuality was once again criminalized by Stalin in 1934, two years before the ban on abortion: it was part of a campaign against those who were perceived as unproductive people, those accused of not answering their “social duty” of procreation. Criminalisation was justified ideologically by the leading Soviet writer, Gorkii, in an article published by Izvestija and Pravda on 23 May 1934: homosexuals were the product of German Nazism, which was supposed to suffer from such “social plagues” as alcoholism or syphilis, in contrast to the energetic health of Soviet working-class youth. On the eve of a war between Nazi Germany and the Soviet Union, homosexuals couldn’t be Soviet citizens for Stalin: they symbolized betrayal of the motherland, belonged to the old world, and thus threatened to demoralize Soviet youth and the Red Army in the context of total mobilization. Despite the Gorkii’s ideological discourse, this supposed incompatibility between homosexuality and the Soviet ethos will be refuted using various examples from the USSR and the Eastern bloc.

By expanding the geographical and cultural spectrums to all the People’s democraties and to Yugoslavia from 1945 until 1989, we plan to evoke an extended political history that is still to be written, by taking into consideration everyday life for homosexuals under communism, alongside different forms of policy, where criminalizing over-visibility (and its ostracism) usually collapsed into a multiple theatre, combining shadows of desire to lights of inclusion. Within this history of compatibility and incompatibility, homosexuals were not only victims, but also actors of Socialist order (or of Sovietic ethos).

Social and cultural dimensions to life under communism can be added to the political history, by following the traces of lesbian and gay community, by exploring their meeting spots (bars, half-private circles, cruising areas), by studying homosexual organisations that emerge in the 1980s. This encourages the examination of strategies of mise en présence of homosexual body in the social space.

The conference will be largely focused on artistic fields. In novels, films and their imagery, homosexuality arises here and there within regimes where censorship on what could be seen or spoken of never actually ceased (yet, with several nuances depending on the context). How could an image of a homosexualized body be produced? How could homosexuality transpire in the words of fiction? How can we analyse the recent theory proposed by Wojciech Śmieja wherein no “homosexual literature” exists in spite of several references to the subject in Polish novels? And what did artistic productions during this period represent among the homosexual community? One of the goals of the conference is to understand the complex relationship — induced by the finding of a homosexual possibility — that connects Socialist states, individuals and artistic productions.

Shedding light on this multilayered history involves questioning today’s accessible sources, as rich as delicate to manipulate, such as monitoring reports, historical memory processes elaborated since 1989, and the unending body of artworks. Though the issue of archives is particularly sensitive, not only because their sources concern a minority composed arbitrarily, but because this minority defines itself by matters rarely enunciated: desire, love, intimacy. We consequently wish to open a space of research that deals with a mise en forme of a discourse, hardly stated by homosexuals themselves, often born in a limbo of legal detours and social negotiations.

Besides, we think it is necessary to question the biopolitical dimensions of Eastern European homosexualities. To write their social history and to consider their artistic translations are two processes that can be completed through a philosophical approach. It is possible, if not necessary, to mobilize philosophical theorizations from this period (in particular those of Michel Foucault) and also some more recent ones, in order to question the political dimension of homosexual intimacy. More precisely, we want to interrogate the polysemous concept of “body”, in other words, understanding: 1/ how the homosexual person was reached by laws in his or her physicality, 2/ to what extent the historicized frames (political, moral, religious) shaped and acknowledged the existence of homosexuality, but condemned it at the same time by creating a range of prohibitions and, above all, 3/ to what point homosexuals before 1989 could search for a truth about themselves and assert their desire in the public space. This philosophical dimension leads to many questions: Was there a “homosexual corporeity” that was specific to socialist Europe? If so, what were the models? In what extent can we observe a continuity between the affirmative search of a truth about oneself and the visualization of desire? And around the 1980s, in what way did AIDS shake up the imbalance between biopolitical management and the existing forms of homosexual intimacy having the treatment of the “problem” lurking in the background?

Finally, we would like to put the problem of the communist homosexuality in two broader perspectives. First, to consider it in the vast history of relationships between men and women in socialist times. Communist societies were deeply affected by gender definition, as many works have recently proved: the access of women to wage-earning labour, the way women were encouraged to conquer positions in different spheres of activities or the demand to educate persons outside the family sphere were different advances which moved gender frontiers (sometimes in unexpected shifts). To what extent was the homosexual experience affected by this? How can we use the communist experience to think more generally about the articulations between gender relationships and homosexuality? Contributions of scholars from the field of gender issues will be much appreciated. We have the same kind of questioning about sexuality at the socialist time. Those regimes promoted, sometimes simultaneously, repressive prudishness, interest in a “healthy” sexuality (that was supposed to make people more satisfied, and therefore more obedient and more productive) and considerations about an undefined sexual blossoming. How did homosexuality confirm or challenge the approach of sexuality in these socialist contexts?

Secondly, communist homosexuality will be put in a larger geographical context. If scholars have been writing the history of European homosexualities for more than ten years, their focus rests mostly on the Western protagonists and ignore their Eastern European counterparts and their communists pasts. With this conference, we do not want to compare systematically what happened in the West and the East; neither we want to see Eastern Europe as the eternal poor imitator of its Western neighbour, nor to read its history of homosexuality as the expectation to catch up with the Western history — expectation that the fall of the Wall would finally make possible; such a perspective is irrelevant to understand what happened before 1989 (and also what has happened after 1989). Notwithstanding the above statements, exchanges with Western Europe, circulations and migrations (whether temporary or definitive) will be nonetheless inevitable topics.

We hope the discussions will open a general reflection about models, corporeity, languages, and about the social and political structures where homosexuals found a zone of repression and expression at the same time. In the present, when gay movements have obtained some rights and when new forms of homophobia appear in Eastern and Western Europe, viewing the history of contemporary homosexuality in another context than the one that is most often analysed (the liberal and bourgeois regimes) can be a way of challenging some certainties, of transforming a memory into a new history and to construct a critical history of differences at European scale.


Présentation des enjeux

Si vous éradiquez les homosexuels, le fascisme disparaîtra.
Proverbe cité par Maxime Gorki (Izvestija, Pravda, 23 mai 1934)

À partir de l’année 1985, la milice de la République populaire de Pologne mène l’«Opération Hyacinthe» (Akcja Hiacynt), une action politique ayant pour but d’inventorier tous les homosexuel-le-s du pays ainsi que leurs entourages. Pendant les deux années d’investigation, une liste de 11 000 personnes est ainsi constituée. Sous couvert d’un argumentaire à dimension médicale (en pleine menace d’expansion de l’épidémie du SIDA), cette action a pour conséquence de développer une surveillance accrue de la part de l’Etat mais aussi, en réaction, de pousser des citoyens à revendiquer de plus en plus fort leur volonté d’émancipation sociale – les homosexuel-le-s voulant désormais échapper au chantage et définir leur place dans une société civile polonaise en pleine mutation. Cette opération est l’un des épisodes d’une riche histoire de l’homosexualité que ce colloque se donne pour tâche d’interroger et d’écrire, en prenant en considération plusieurs contextes de l’époque socialiste : l’U.R.S.S., les « démocraties populaires » (R.D.A., Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie) et la Yougoslavie, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à l’effondrement du bloc soviétique.

Ecrire au présent l’histoire des homosexualités est-européennes depuis 1945 signifie étudier leur traitement au croisement de plusieurs histoires : juridique, politique, sociale et artistique. Le traitement juridique des homosexuels, qui conditionne en grande partie leur définition, apparaît d’emblée variable d’un pays à l’autre : l’homosexualité est par exemple dépénalisée en Hongrie dès 1961, alors qu’elle ne l’est que bien après la chute du communisme en Roumanie, en 1996, ce qui renvoie aux évolutions générales de chacun des régimes (la Roumanie de Ceaușescu étant bien différente de la Hongrie de Kàdàr).

L’histoire politique de ces régimes est marquée, du début à la fin, par l’exigence de maintenir une organisation politique unie autour de valeurs canoniques et indiscutables, relevant d’un « ordre socialiste » ou bien, dans le cas de l’U.R.S.S., d’un « ethos » soviétique. Et l’homosexualité, en tant que pratique sexuelle marginale, a le plus souvent été posée comme incompatible avec ce système. Alors qu’il est désormais établi que la dépénalisation de l’homosexualité a été véritablement voulue par les bolcheviques en 1922, l’homosexualité masculine est à nouveau criminalisée par Staline en 1934, deux ans avant l’abolition de l’avortement : ce sont en somme les « improductifs » qui sont incriminés, ceux qui ne répondent pas au « devoir social » d’engendrer. Elle est justifiée idéologiquement par Gorki dans un article publié dans les Izvestija et la Pravda le 23 mai 1934 : les homosexuels seraient le produit d’un nazisme allemand censé être ravagé par des « fléaux sociaux » comme l’alcoolisme et la syphilis, contrairement à l’éclatante santé du jeune prolétariat soviétique. A la veille d’un affrontement avec l’Allemagne nazie, les homosexuels ne peuvent être des citoyens soviétiques sous Staline : ils font figure de traîtres à la patrie soviétique, appartiendraient au vieux monde et menaceraient de corrompre et de décourager la jeunesse et l’armée soviétiques, dans un contexte de mobilisation totale de la population. Or, cette incompatibilité de l’homosexualité avec un éthos socialiste sera démentie dans de nombreuses situations.

En étendant le spectre géographique et culturel à toutes les « démocraties populaires » et à l’ex-Yougoslavie de 1945 à 1989, il s’agit pour nous de parvenir à écrire une histoire politique élargie, l’histoire d’une quotidienneté homosexuelle sous le communisme au terme de laquelle l’ultra-visibilité criminalisante (en même temps que son ostracisation) s’est souvent évanouie en un théâtre multiple, mêlant les ombres des désirs aux lumières d’une inclusion. Dans cette histoire de l’incompatibilité et de la compatibilité, les homosexuel-le-s ne sont pas seulement les victimes, mais aussi les acteurs au sein de l’ordre socialiste et de l’ethos soviétique.

L’histoire sociale complète cette histoire politique, en suivant les trajectoires des individus homosexuels, en observant les lieux de rencontres (bars, salons semi-privés, lieux de drague), en examinant les associations d’homosexuel-le-s qui apparaissent dans les années 1980. A chaque fois, il s’agit de réfléchir à la mise en présence du corps homosexuel dans l’espace social.

Une large place sera accordée à l’histoire des arts. Dans les romans, dans les films, dans les images, l’homosexualité a pu surgir ici et là, dans des régimes où la censure sur le dicible et le visible ne cesse de s’exercer (avec là encore d’importantes variantes). Comment l’image d’un corps homosexualisé se produit-elle ? Comment l’homosexualité advient-elle dans les mots de la fiction ? Que penser de la proposition récente de Wojciech Śmieja selon laquelle il n’existe pas de « littérature homosexuelle » en dépit des nombreuses références à ce sujet dans les romans polonais ? Et que représentaient les productions artistiques pour les homosexuel-le-s à cette époque ? L’un des objectifs de ce colloque est de comprendre le rapport complexe – induit par le constat d’une possibilité homosexuelle – qui se joue entre les Etats socialistes, les individus et la création artistique.

Considérer ces différentes histoires, c’est interroger toutes les sources aujourd’hui disponibles, des rapports de surveillance aux souvenirs formulés après 1989, en passant par le vaste continent des réalisations artistiques, matériaux aussi riches que difficiles à utiliser. Si la question des sources se pose avec une acuité particulière, c’est non seulement parce que ces sources concernent une minorité, mais aussi parce que cette minorité se définit par quelque chose rarement énoncé : les désirs, les amours, les intimités. Nous souhaitons dès lors prêter une attention particulière à la mise en forme par les homosexuel-le-s eux-mêmes d’un discours souvent né dans les limbes des détournements juridiques et des négociations sociales.

En outre, nous pensons qu’il est aujourd’hui primordial de questionner les enjeux biopolitiques soulevées par les homosexualités est-européennes. Écrire leur histoire sociale en l’articulant aux traductions artistiques qui lui sont associées est un processus qui peut être éclairé par un sens philosophique. Il apparaît effectivement possible, voire nécessaire, de convoquer des théorisations propres à la période (en particulier celles de Michel Foucault) et d’autres plus récentes, afin de questionner la dimension politique de l’intimité homosexuelle. Plus précisément, il s’agit d’interroger l’idée de « corps », c’est-à-dire de comprendre 1/comment l’être homosexuel est atteint par les lois dans sa concrétude physique, 2/dans quelle mesure les cadres historicisés (politiques, moraux, religieux) reconnaissent l’existence de l’homosexualité tout en en condamnant la réalité à travers la définition d’interdits, et surtout 3/jusqu’à quel point il est envisageable pour les homosexuel-le-s avant 1989 de chercher et d’affirmer une vérité sur eux-mêmes en rendant ce désir viable dans le champ public. La signification philosophique nous amène donc à poser d’autres questions : Y’a-t-il une “corporéité homosexuelle” propre à l’Europe socialiste ? Si oui, quels en sont les modèles ? Quelles ruptures ou continuités pouvons-nous remarquer entre la recherche d’affirmation d’une vérité sur soi pour les homosexuel-le-s et le processus de mise en images de ce désir ?

Ces interrogations en touchent une autre, plus particulièrement relative aux années 1980, à savoir dans quelle mesure l’apparition du SIDA bouscule les rapports tissés entre la gestion biopolitique, les formes réalisées d’intimité homosexuelle et le traitement médiatique du « problème ».

Enfin, nous souhaitons replacer la question de l’homosexualité communiste dans un cadre plus large. Tout d’abord dans la question plus vaste de l’histoire des rapports entre hommes et femmes à l’époque socialiste. Les sociétés communistes ont changé en profondeur la définition du genre, de nombreux travaux l’ont montré dernièrement : l’accès généralisé des femmes au travail salarié, l’encouragement à leur affirmation dans différentes sphères d’activité ou encore l’attention à la formation des individus en dehors du cadre familial sont autant de phénomènes qui ont déplacé les frontières du genre (parfois de façon inattendue par rapport à ce qui était visé). Dans quelle mesure l’expérience de l’homosexualité s’en trouva-t-elle affectée ? Comment pouvons-nous utiliser le terrain communiste pour penser plus généralement l’articulation entre rapport de genre et homosexualité ? Seront ainsi bienvenues les contributions de chercheurs travaillant sur la question du genre dans les pays communistes et s’emparant de la question de l’homosexualité. Le même genre de questionnement se pose à propos de la sexualité à l’époque socialiste. Ces régimes ont connu, parfois simultanément, pudibonderie répressive, intérêt pour une sexualité « saine » (censée rendre les individus plus épanouis et donc plus obéissants et plus productifs) et éloge d’un épanouissement sexuel non défini. Comment l’homosexualité a-t-elle confirmé ou contredit l’approche de la sexualité dans un contexte socialiste ?

L’homosexualité communiste mérite également d’être replacée dans un cadre géographique plus large. Si le monde universitaire a entrepris depuis une dizaine d’année l’écriture de l’histoire des homosexualités européennes, celle-ci est souvent concentré sur les contextes occidentaux, délaissant les contextes est-européens et les passés communistes. L’objet du colloque n’est pas de comparer systématiquement ce qui se passe à l’Est et ce qui se passe à l’Ouest ; et nous ne voulons pas faire de l’Est de l’Europe l’éternel épigone de son voisin occidental ni lire son histoire de l’homosexualité comme l’attente d’un alignement qui serait enfin rendu possible avec la chute du Mur – une telle perspective ne permet de comprendre ni l’avant-1989, ni l’après-1989. Mais les échanges avec l’Ouest, les regards croisés, les migrations (temporaires ou définitives) constituent néanmoins un champ d’étude inévitable. 

Nous espérons que les échanges autour de ces sujets seront l’occasion d’une réflexion générale sur les  modèles, les corporéités, les langages, et bien évidemment les structures sociales et politiques où  les homosexualités ont trouvé une zone de répression et d’expression mêlées. A l’heure actuelle, alors que les mouvements homosexuels ont durement acquis certains droits et alors que les formes de l’homophobie se renouvellent à l’Est comme à l’Ouest, interroger l’histoire de l’homosexualité contemporaine dans un autre contexte politique et social que celui dans lequel il est le plus souvent analysé (les régimes libéraux et bourgeois) peut permettre de réinterroger certaines évidences, de transformer une mémoire avouée en une histoire délibérément autre, et d’aller à la rencontre de l’histoire critique d’un désir différent.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s